En voulant migrer leurs données et leurs ressources informatiques vers le , la plupart des entreprises commettent des erreurs. Toutefois, certaines erreurs sont plus stupides que les autres. Découvrez les trois erreurs les plus stupides commises par les entreprises dans le domaine du .

Stocker les données en interne mais utiliser des ressources informatiques 

 

Renvoyer les employés alloués aux anciens systèmes trop rapidement

 

En règle générale, les entreprises adaptent leurs budgets à l’usage du cloud public. Un grand nombre d’entre elles tentent de réduire leurs dépenses dès le début de la transition. Ainsi, elles s’empressent de se débarrasser des employés alloués aux anciens systèmes dès lors qu’elles entament leur migration, avant même que les workloads ne soient transférés sur le cloud public.

Il s’agit d’une erreur monumentale, car les migrations cloud prennent généralement plus d’un an. Ainsi, durant tout ce temps, les firmes auront encore besoin de leurs employés pour gérer les anciens systèmes. De plus, même une fois la transition achevée, toutes les applications ne seront pas transférées sur le cloud public. Pour un grand nombre d’applications, la migration sur le cloud n’est tout bonnement pas rentable, ou impossible pour des raisons technologiques. De fait, les employés en question resteront indispensables sur le long terme.

Surestimer les bienfaits du

 

Le temps a passé, et même les entreprises qui dénigraient jadis le cloud computing tendent désormais à vanter ses mérites. Toutefois, la vapeur s’est inversée, et beaucoup d’entre elles ont tendance à surestimer le retour sur investissement que peut leur apporter le cloud computing. En conséquence, les chefs d’entreprise ont l’impression d’avoir effectué un investissement superflu. En réalité, le retour sur investissement du cloud computing varie grandement d’un cas à l’autre. Il est nécessaire que chaque entreprise calcule attentivement ce que peut lui apporter le cloud.

Une préparation minutieuse et réfléchie est la clé d’une transition réussie vers le cloud. C’est cette préparation en amont, couplée à une bonne dose de prudence, qui permettra d’éviter de commettre les erreurs énoncées ci-dessus. Le cloud computing est sans conteste un projet d’avenir viable pour les entreprises de toutes les industries, mais il doit être épousé avec précaution.

Retrouvez l’article original sur lebigdata.fr

Ces articles pourraient également vous intéresser:

Microsoft .NET est-il toujours pertinent dans ce monde du Cloud ?

Retrouvez cet article de Joel Shore sur lemagit.fr Lors de son lancement en 2003. .NET n’était pas confronté au Cloud ou à la mobilité. Mais aujourd’hui, alors que pullulent des dizaines d’outils de développement et de langages façonnés pour le Cloud, .NET a-t-il de...